Louise Express #8 : Histoire d’un aller et retour

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #7 : chaque ville devrait avoir un Dragon Vert

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #6 : D’un mont à l’autre

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #5 : De passage au Maoristan

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #4 : Wellington, là où va le vent

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #3 : Vaincu par la pluie

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #2 : La tête dans les nuages

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Louise Express #1 : Un vent de liberté

Après quelques mois de jobs de merde, le covid, le confinement et pas mal d’autres péripéties j’ai pu profiter de vraies vacances. 48 jours sur la route, les chemins et la mer. 48 soirs aux cours desquels j’ai, presque sans exceptions, écrit mes pensées, mes émotions et mes opinions dans un carnet. Je livre ici ce carnet, dans un ordre géographique, avec ses imperfections et ses pépites. Bienvenue à bord de la Louise.

Lire la suite

Pourquoi il voyage ?

Depuis un moment déjà, cet Homme est convaincu qu’il n’est rien d’autre qu’un animal et que, ce faisant, il ne devrait qu’être libre. Ainsi, la Vie ne devrait être que mouvements. Pas les mouvements qui vont de bébé à enfant, d’enfant à écolier, d’écolier à collégien, de collégien à lycéen, de lycéen à étudiant, d’étudiant à salarié, de salarié à retraité, de retraité à décédé. Ceux-ci ne sont pas mouvements. Ils ne sont qu’immobilisme et conformisme. Il parle ici de mouvements, de bonds, tantôts fluides, tantôts erratiques, t’amenant d’un état à l’autre de ton individualité. Et si la seule chose qui est sûre dans cette vie, c’est qu’elle te mène inexorablement vers la Mort, le mouvement ultime, le plus pur, celui qui te propulse dans l’éternité. Ainsi, cet Homme préfère ne pas attendre sagement que l’Eternité vienne le prendre. Il compte bien rester mouvement, avec toujours en vue la poursuite de son bonheur et de l’Harmonie. Cette question se pose quand même : quelle place représente ce voyage au milieu de tous ces mouvements ? –Disponible en anglais

ocean-water-wave-photo-1295138

Photo by Emiliano Arano from Pexels

Lire la suite